Ma vie à l’église et ma vie dans mon foyer :

Suite continuelle de ma relation avec Dieu
ou interférences et cloisonnements ?
Je suis convertie depuis une quinzaine d’années et les promesses de Dieu dans Sa parole m’ont toujours fascinées. L’être humain crée à l’image de Dieu et la perfection de Christ en nous ne devaient donc pas rester simplement un rêve inaccessible ou lointain.
Mais je voyais bien que ma vie proche, ma vie toute proche, celle avec mon mari et mes enfants ne reflétait pas cette nouvelle créature que j’étais devenue à ma conversion suivie du baptême où Jésus dit : « Vous êtes une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées, toutes choses sont devenues nouvelles ».

Je m’étais pleinement engagée dans les différentes activités de la vie d’église et je trouvais un bon équilibre car c’était là que je pouvais vraiment partager et vivre ma vie avec Le Seigneur.
A la maison, mon mari n’étant pas converti, c’était plutôt le désert et le chaos.
Mais dans mon cœur, il y avait toujours cette recherche de vivre la vie promise que je lisais dans la Bible et pas seulement d’une manière cloisonnée ; c'est-à-dire d’un côté la vie chrétienne avec les frères et sœurs et d’un autre et le plus souvent le quotidien coupé de la vie divine. Non, quelque chose ne collait pas.

Il y a trois ans, j’ai fait la connaissance du ministère de l’OCG et je fus confronté à la réalité. Oui, la vie authentique et sans interruption en Christ telle qu’Il nous la promet n’était plus un rêve mais elle se déroulait là devant moi dans une famille de onze enfants où règnent la paix et l’harmonie en permanence. Je pus examiner et reconnaître que j’avais moi-même adapté ma vie chrétienne et fais ce qui m’arrangeais. Aller à l’extérieur était beaucoup plus facile.
Ce n’était donc pas Le Seigneur qui contrôlait ma vie mais moi-même. Je n’étais pas sous Sa domination malgré toute ma bonne volonté de Le suivre et de Le proclamer partout.
Ce n’est pas ma bonne volonté qu’Il veut mais mon cœur d’épouse et de mère remplie d’amour, de Son amour, de Ses capacités.

C’est cela aujourd’hui mon engagement ; que Christ me gagne et me vive toute entière jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien de moi-même et en cela les enseignements très pratiques vécus dans le ministère m’aident à vaincre mes sentiments de frustration, de déception ; à ne pas rester fixée sur eux mais à dominer sur ces sentiments quand ils viennent.

C’est le chemin étroit et merveilleux qui ne fait que commencer. ALLELUIA !


Monique C.

témoignage de ma fille Charlène

Contacter Monique

Cliquez ici pour d'autres témoignages